Direction Cannes et le 72e festival du film

26 mai 2019

Le Festival a sacré le premier cinéaste sud-coréen à recevoir la Palme d'or, Bong Joon-ho pour son film Parasite.

Le film  It Must Be Heaven  du Palestinien Elia Suleiman, cofinancé par Doha Film Institute repart avec deux récompenses. 

La comédie It Must Be Heaven du Palestinien Elia Suleiman reçoit le Prix de la Critique Internationale.

Le long métrage a été produit par Rectangle Productions avec Nazira Films et cofinancé  par  Doha Film Institute

La présidente du Qatar muséums  Sheikha Al Mayassa bint Hamad bin Khalifa Al Thani a salué cette récompense. 

It must be heaven a également remporté hier soir la mention spéciale du jury. 

Le réalisateur palestinien utilise l'humour dans ce film pour "critiquer la situation mondiale" où règnent "la police et la violence" dit-il. 

Deux belles récompenses pour ce cinéaste de 58 ans, après dix ans d'absence sur la Croisette.  

En 2002 il avait obtenu le prix du jury pour Intervention divine, une histoire d'amour  compliquée entre un palestinien de Jérusalem et sa bien-aimée de Ramallah. 

Ensuite en 2009 il a présenté Le temps qu'il reste, un film dramatique qui suit une famille palestinienne de 1948 à nos jours.

Véronique  Francony