Son Altesse l'Émir participe à la 41ème session du Conseil de Coopération du Golfe

05 janvier 2021
Partage sur:

Des tractations et des déclarations officielles ont précédé hier l’annonce par le Diwan de la participation de Son Altesse l’Émir à la 41ème session du Conseil de Coopération du Golfe. Le point avec Sarra Rajhi.

La confirmation de la participation de Son Altesse l'Émir Cheikh Tamim Bin Hamad Al Thani à la 41ème session du Conseil suprême du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) pour les États arabes du Golfe est intervenue après que le ministre koweïtien des Affaires étrangères, Cheikh Ahmed Nasser al-Mohamed al-Sabah, a annoncé que l'Arabie saoudite rouvrirait ses frontières avec l’État du Qatar.

Dans un communiqué diffusé hier soir par la télévision nationale koweïtienne, Cheikh Ahmed Nasser Al-Muhammad Al-Sabah a en outre affirme que sur la base d'une proposition de Son Altesse l'Émir du Koweït, Cheikh Nawaf al-Ahmad Al-Sabah, il a été convenu d'ouvrir l'espace aérien ainsi que les frontières terrestres et maritimes entre les deux pays et qu’un accord a été trouvé pour mettre fin au siège impose au Qatar depuis le 5 juin 2017.

Plutôt dans la journée, Son Altesse l'Émir du Koweït a eu des entretiens téléphoniques avec Son Altesse l’Émir et le prince héritier saoudien confirmant  l’engagement de toutes les parties sur la voie de la réconciliation.

L'agence d'État saoudienne SPA citant le prince héritier saoudien a indiqué pour sa part que le rassemblement annuel des dirigeants du Golfe va permettre d’unir les rangs face « aux défis auxquels la région est confrontée ».

Dans la soirée, le secrétaire général du CCG,  Dr Nayef bin Falah al-Hajraf, s'est aussitôt félicité de l'ouverture de l'espace aérien et des frontières terrestres et maritimes entre le Qatar et l'Arabie saoudite déclarant que cette étape qui intervient à la veille du sommet du CCG, reflète les efforts sincères déployés par les pays membres pour assurer le succès du sommet, qui se tient cette année dans des circonstances exceptionnelles.

Sarah Rajhi

Partage sur: