Journée mondiale de la liberté de la presse

02 mai 2021
Partage sur:

L’Organisation des Nations-Unies pour l’éducation la science et la culture prépare activement la prochaine journée mondiale de la liberté de la presse. Une journée placée cette année sous le thème de l’information comme bien public, alors que l’UNESCO marque les 30 ans de la déclaration de Windhoek.

Retour sur l’importance et les enjeux de cette journée avec Thierry Lesales. 

A l’origine de la journée mondiale de la liberté de la presse, célébrée le 3 mai, il y a un séminaire qui a réuni à Windhoek en Namibie, des journalistes pour promouvoir des médias indépendants et pluralistes. A l’issu de cette conférence, les participants signent en effet la Déclaration de Windhoek pour le développement d’une presse libre, indépendante et pluraliste. C’était le 3 mai 1991. 

En 30 ans, de nombreux progrès ont été réalisés pour la liberté de la presse dans le monde. Mais le contexte actuel pose de nouveaux challenges. La désinformation, la méfiance du public, les formes de contrôle et de répression semblent en augmentation dans le monde. La conférence organisée par l’UNESCO et le gouvernement de Namibie permettra à des journalistes, des chercheurs, des représentants de la société civile, et des décideurs de debattre autour de ces questions. Cette conférence est prévue en ligne et en présentiel du 29 avril, au 3 mai prochain. 

Reporter Sans Frontière le rappelle, le journalisme est le vaccin contre la désinformation. Son Indice de la liberté de la presse place les pays de la région MENA à la dernière place des régions dans le monde. Dans ce classement mondial, sur 180 pays, le Qatar apparaît à la 128ème place, il gagne 1 rang par rapport au classement de 2020. 

 

 

Partage sur: