Le ministre qatarien des affaires énergétiques et président de Qatar Petroleum, Saad Sherida Al-Kaabi, a rappelé la position et la stratégie du Qatar en faveur de la transition énergétique

06 octobre 2021
Partage sur:

Dans le cadre de la première réunion ministérielle du Partenariat pour la croissance verte en Asie, le ministre qatarien des affaires énergétiques et président de Qatar Petroleum, Saad Sherida Al-Kaabi, a rappelé la position et la stratégie du Qatar en faveur de la transition énergétique. 

Le gaz naturel reste l’énergie privilégiée pour accompagner les pays dans la lutte contre le réchauffement climatique. 

Décryptage Thierry Lesales. 

La rencontre organisée par le Japon s’est tenue virtuellement, et a rassemblé les ministres de l’énergie des pays asiatiques. Pour le Ministre qatarien, la transition énergétique nécessite un effort collectif par les producteurs, par les gouvernements, mais aussi par les consommateurs, qui doivent eux aussi contribuer à cette transition par l’évolution des comportements.  

Selon Saad Sherida Al Kaabi, la transition doit également prendre en considération les besoins des pays en voie de développement, notamment les besoins spécifiques d’un milliard de personnes qui n’ont accès ni à l’électricité, ni aux carburants de base. 

Pour le Qatar, le gaz naturel constitue une alternative de choix, en complément des énergies renouvelables, pour réduire les émissions carbones dans le monde. Il s’impose comme solution acceptable pour faire face aux problèmes d’intermittence et pour compenser les fluctuations de la demande en énergie. 

Dans le contexte de la transition énergétique, le gaz naturel est souvent présenté comme le combustible fossile le plus propre. Moins polluant que le charbon et le pétrole, il reste cependant un contributeur majeur de CO2 dans la production d’énergie, et ne constitue pas une solution pour la transition dans le long terme. 

 

Partage sur: